Mer sans rivage - Accueil

 

Mer sans rivages

Edith Dekynt - Collections du Frac des Pays de la Loire

En écho à la 8e édition du Vendée Globe, l'exposition Mer sans rivages invite, au gré de courants plus ou moins agités, à percer ou à repenser, grâce à l'art de notre temps, quelques-uns des mystères du monde. À partir d'une sélection d'œuvres du Frac des Pays de la Loire tout d'abord, qui sonde quelques états aquatiques. Grâce à l'invitation faite à l'artiste belge Édith Dekyndt ensuite, placée sous le signe fluctuant de la mer, dont elle a retenu la sensualité et la féminité.

 

 

 
Mer sans rivages2

Collections du Frac des Pays de la Loire

 

L'on sait, depuis Bachelard, que l'eau est cet élément mouvant, insaisissable, qui « s'imprègne de toutes les couleurs, de toutes les saveurs, de toutes les odeurs ». Sa surface est un écran propice aux projections, à la contemplation ou à l'immersion, qui souvent file la métaphore avec la geste et le dessein artistiques. Car elle est une lisière, une frontière qui tout à la fois reflète ou dissimule, une zone transitoire favorable ou turbulente, un véhicule, lieu de passage ou un catalyseur autour duquel tout converge. Ainsi cette exposition navigue-t-elle entre deux eaux : entre la surface, qui joue des ondoiements, des scintillements, de l'énergie des eaux, et les profondeurs mystérieuses, monstrueuses ou menaçantes. Ces histoires d'eaux et de courants, qui se nouent et se dénouent sur le fil d'un horizon changeant, mêlent approche scientifique et désir poétique, fiction et réalité. Elles brouillent nos repères pour mieux nous plonger vers l'incertitude et vers l'inconnu.

 

Avec des œuvres de : Scoli Acosta, Francis Alÿs, Kate Blacker, Jean-Luc Blanc, Simone Decker, Wim Delvoye, Detanico & Lain, Gloria Friedmann, Hreinn Fridfinnson, Aurélien Froment, Paul-Armand Gette, Fabrice Hyber, Roni Horn, Ann-Veronica Janssens, Maria Lassnig, gina pane, Ettore Spalletti, Beat Streuli, Jessica Warboys

 

Édith Dekyndt

 

À l'occasion de l'exposition Mer sans rivages, le MASC invite l'artiste Édith Dekyndt à investir les combles du XVIIe siècle et la croisée de l'Abbaye Sainte-Croix. Édith Dekyndt, depuis le début des années 1990, expérimente les possibilités des matériaux les plus ordinaires, qu'elle incorpore dans le champ de l'art. Les considérations classiques sur les beaux-arts n'ont plus cours dans sa démarche, qui rompt avec le secret de l'atelier pour opérer à découvert, en complète immersion dans le monde. Édith Dekyndt s'attache à ce qui ne retient pas d'emblée notre attention. Ses œuvres nous invitent à changer non seulement notre regard mais aussi notre façon d'être et d'influer sur le monde.

 

En repositionnant les êtres et les choses dans un seul et même courant continu, elle nous propose de voir ce qui souvent nous échappe et reste invisible. Artiste nomade, Édith Dekyndt fait naître ses œuvres du lieu et du moment où elle les conçoit. Le contexte est d'autant plus primordial qu'il ne fait pas qu'accueillir ses pièces mais en détermine les caractéristiques physiques et interagit avec elles. Ce que ces œuvres discrètes, mais d'autant plus fascinantes, donnent à voir, ce n'est pas seulement un résultat, une forme plastique achevée, figée, que le regardeur n'a plus qu'à contempler, mais aussi le processus de création même, l'œuvre en train de se faire, en fonction d'un faisceau de circonstances qui en détermine l'évolution. L'artiste s'appuie sur les phénomènes naturels et physiques, explore les propriétés des matériaux et des énergies, des flux et des ondes.

 

Les quatre éléments, eau, terre, air et feu, abondent dans sa pratique de laboratoire qui se teinte d'alchimie tout autant que de poétique bachelardienne, et s'inspire de « la solidarité du monde » d'Alfred North Whitehead ou de « l'abiopouvoir » de Jane Bennett. Dans l'univers d'Édith Dekyndt, tout objet est un organisme vivant qui interfère avec son environnement. Et à l'époque de l'Anthropocène, les zones de passage, de contamination qu'elle cherche à mettre en lumière invitent

à considérer le rapport de l'homme à son milieu sous un jour différent

 

L'exposition Mer sans rivages est proposée en partenariat avec le Frac des Pays de la Loire.

Avec la complicité des Salines, Les Sables d'Olonne.

 

Télécharger le dossier de presse de l'exposition

 

Agenda

Samedi 15 octobre 2016 à 18h30

Vernissage de l'exposition Mer sans rivages. Edith Dekynth/Collections du Frac des Pays de la...

Voir l'agenda

Contact

Musée de l'Abbaye Sainte-CroixRue de Verdun
85100 Les Sables d'Olonne
Tél : 02 51 32 01 16
musee@lessablesdolonne.fr

Facebook