Facchetti et Laubiès. Une galerie, une rencontre

Facchetti et Laubiès. Une galerie, une rencontre
Laubies exposition
28 févr.

Conférence des Amis du MASC - 18h30

Par Frédérique VILLEMUR, historienne de l’art

Paul Facchetti (1912-2010) expose René Laubiès (1922-2006) aux premières heures du Studio qu’il ouvre à Paris, rue de Lille, au début des années 50. C’est une galerie d’art qui succède à sa première activité de photographe et qu’il consacre alors à la défense de l’abstraction lyrique, comme à la découverte de l’expressionnisme abstrait américain. Paul Facchetti n’est pas un simple marchand de tableaux, il possède ce talent de découvreur qui fait l’obstination de son métier : sur près de deux générations d’artistes, le Studio Facchetti devient une galerie pilote à la grande époque de l’art informel, et s’engage dans la liberté de la peinture gestuelle, au point en 1952, de montrer la première exposition personnelle de Jackson Pollock en Europe. Dans ce contexte la rencontre avec René Laubiès, marquée d’une indéfectible amitié, suit de près la vie de la galerie, Laubiès y est régulièrement exposé. Nous retraçons ici le panorama artistique d’une époque, celle des années 50 et 60, dans lequel l’artiste s’inscrit, sous le regard de la critique d’art du moment, et à travers les choix opérés par Paul Facchetti.

Frédérique Villemur, historienne de l’art, maîtresse de conférences à l’École nationale supérieure d’architecture de Montpellier. Elle a notamment publié chez Actes Sud : La Méridienne de Paris (2000), Paul Facchetti : le Studio. Art informel et abstraction lyrique (2004) et Paul Facchetti, photographe (2007) et dernièrement, Nacera Belaza entre deux rives (2018).

Salle de conférences de l'Abbaye Sainte-Croix

Entrée libre