Benoît Pingeot

Benoît Pingeot
Pingeot
13 juin
26 sept.

Benoît Pingeot

 

Amorcé au début du nouveau millénaire, le travail de Benoît Pingeot privilégie la peinture et le dessin mais il s'incarne aussi par la parole et dans les mots. L'artiste tisse un univers extrêmement mystérieux et cultive l'énigme. Il invente un nouveau langage et forge des symboles qui reviennent et migrent d'un tableau à l'autre. Deux sources irriguent profondément son travail, les textes bibliques et la symbolique chrétienne d'une part, où prédomine la figure mariale, l'histoire de la peinture d'autre part, qui court du Gilles de Watteau aux performances shamaniques de Joseph Beuys.

S'il devait n'en rester qu'un dans le panthéon artistique de Benoît Pingeot, cela serait sans nul doute Victor Brauner, maître incontesté du surréalisme international et artiste tutélaire du MASC, qui conserve dans son intégralité sa série testamentaire, Mythologie et la fête des mères, réalisée en 1965. Ces deux artistes-là, à un siècle de distance, partagent un même intérêt pour le caché, et aiment aborder le monde par son revers, en visant l'au-delà. Ils affectionnent la fusion ou le frottement des contraires. Et s'appliquent à déceler l'infini dans chaque parcelle de l'univers. La rencontre, toute spirituelle, a donné naissance à un cycle de portraits dans lequel Benoît Pingeot rend hommage à Brauner. Mais c'est en fait tout son oeuvre qui en porte les stigmates. Non pas dans le style, Benoît Pingeot débordant largement l'héritage surréaliste pour convoquer toutes les manières de faire ou défaire les images dans sa peinture adepte de l'élision et du retrait. Mais par la croyance fondatrice en un art qui revêt un rôle magique et thérapeutique. La création, vécue comme une urgence vitale, se trouvant, en écho à un titre braunérien teinté d'alchimie, à la fin et au début de toute chose.

Benoît Pingeot est né en 1975 à Suresnes - Il vit et travaille entre Bayonne et Paris.