Gaston Chaissac

Gaston Chaissac
Chaissac internet
03 avr.
05 mars

Gaston Chaissac

"Je suis artiste et c'est incurable"

Gaston Chaissac commence à dessiner en 1937 grâce aux encouragements de Jeanne et Otto Freundlich, qui organisent sa première exposition à Paris, galerie Gerbo, dès 1938. Le peintre cubiste Albert Gleizes et son épouse, Juliette Roche, comptent aussi au nombre des premiers soutiens de l’artiste. Ils lui achètent un dessin dès 1938 et entrent en correspondance avec lui. Ils l’invitèrent également à les rejoindre aux Méjades, à Saint-Rémy-Provence, où il travailla comme commis chez le bourrelier Maury de mai à octobre 1942. Son séjour, de courte durée, fut néanmoins décisif dans sa décision de devenir artiste. L’accrochage des collections revient cette année sur cet épisode en écho à l’exposition consacrée à Juliette Roche.

L’année suivante, le Morvandiau s’installe définitivement en Vendée, d’où est originaire son épouse Camille : à Vix tout d’abord, puis à Boulogne et à Sainte-Florence de l’Oie. Il entre en contact avec les Artistes Indépendants de l’Ouest à la fin des années 1940. Leur président, Elie-Séraphin Mangaud, prend la plume pour défendre l’art de Chaissac, qui expose à trois reprises à leurs côtés, à la Roche-sur-Yon en 1948, puis aux Sables d’Olonne en 1953 et en 1954. Les œuvres de quelques-uns de ces Indépendants de l’Ouest, émanation locale du grand salon parisien auquel Chaissac Mangaud, Jules Lefranc ou encore Maurice Simon avaient auparavant participé, seront également présentées cette année au sein des collections d’art moderne du musée.