Peinture : obsolescence déprogrammée

Peinture : obsolescence déprogrammée
Hurteau

Philippe Hurteau

Télévision. 1996. Self-X (Louise) 2019


Dès le milieu des années 90, Philippe Hurteau confronte sa peinture aux images-écrans. Par ce medium, son travail interroge la place du sujet contemporain - spectateur et consommateur -, dans une société d’information et de communication. A une époque de mutations politiques majeures engendrées par les technologies numériques, la peinture de Philippe Hurteau questionne l’image en tant que formatrice de l’imaginaire mondialisé contemporain.

Amélie Bertrand

Amélie Bertrand

Daisy Temple. 2018. Huile sur toile

 


Peintre née en 1985, Amélie Bertrand est repérée dès sa sortie de l’École des Beaux-Arts de Marseille. Au moyen d’une peinture d’une facture impeccablement lisse, l’artiste s’éloigne des paysages idéaux inspirés de la nature et forme des décors entre rêves et cauchemars. Ses plans et surfaces sont échafaudés avec complexité et minutie, pour bifurquer dans des perspectives biaisées et des horizons sans profondeur.

Regine Kolle

Regine Kolle

D.O.G. 2005. Film d'animation. Tiptoes. 2015. Huile sur toile


S'il y a une évidence à rapprocher le tableau Tiptoes (2015) du film d'animation vidéo D.O.G (2005) dont il s'inspire, l'une des réussites du travail de Regine Kolle consiste justement à faire dialoguer les formes graphiques d'une surface à l'autre et d'un régime d'images à l'autre, fixes et en mouvement. Posant un regard curieux et amusé sur le quotidien, l'artiste en capte des instants qu'elle isole sans jamais les figer, inscrits dans ces cadrages dynamiques, animés d'aplats de couleurs franches et de lignes simples et efficaces.

Lallemant

Jean-Benoit Lallemant

Materialism, strategic use of the internet infrastructure, blackout in Crimea. 2017


C’est par la peinture et le « fait main » (livre, installation, sculpture, dispositifs) que Jean-Benoît Lallemant révèle le caractère physique des technologies de la communication ainsi que leurs liens et filiation aux séculaires moyens de diffusion de l’image et du texte. Les procédés formels bruts et dépouillés qu’il emploie permettent par contraste d’analyser la part d’influence des nouveaux média sur les phénomènes globaux perçus eux aussi comme nouveaux.

Rémy

Rémy Hysbergue

A découvert à 627. 2019. A 30919. 2019. A 31019.2019


Rémy Hysbergue travaille sa matière (peinture acrylique) depuis plus de 20 ans. Son entreprise se structure en séries. Chaque série est un nouveau chantier, une nouvelle tentative d’épuisement. La tentative commence par une œuvre et se prolonge au-delà en un ensemble de peintures faisant une série. Rémy Hysbergue questionne l’héritage de l’abstraction du XXème siècle et ses recherches l’ont amené vers la question de l’« entre-image » : une voie possible entre image et peinture.

Boyer portrait

Edouard Boyer

Missing collection. 2009. Huile sur toile


A travers la forme de la collection, Edouard Boyer compose des ensembles vertigineux qui soulignent la logique capitaliste de production et de consommation sérielles et invitent à reconsidérer la place de l'auteur. Cette question de l'identité artistique est déterminante dans la suite originelle des quarante-trois portraits figurant le visage de l'artiste informatiquement rajeuni à l'âge de deux ans, selon la méthode utilisée par la gendarmerie nationale pour la recherche des enfants disparus.