René Laubiès. L'instantané, le figitif, la trace

Laubies

Du 3 février au 19 mai 2019

L’œuvre de René Laubiès (1922–2006) émerge sur la scène artistique du Paris d’après-guerre où, pour la première fois, l’abstraction devient la tendance dominante. Les « Signes » qui traversent et structurent ses premières toiles, font écho aux recherches contemporaines de Pierre Soulages ou de Hans Hartung, et l’apparentent aux courants d’une abstraction informelle.

Pourtant la nature, dès le commencement, est au cœur de l’art de René Laubiès qui, loin de toute tentation subjective mettant en avant le geste, l’œil ou la psyché de l’artiste, s’efface au profit du paysage. Dès sa jeunesse, passée au Vietnam, l’artiste s’imprègne de philosophies orientales, découvre l’art de la calligraphie et la peinture chinoise de l’époque Song. Ainsi son œuvre, qui suit un principe de dépouillement et de « non-agir » prôné par le Tao, s’accomplit-il dans la méditation et la concentration, nécessaires à l’homme pour se fondre dans le flux de l’univers.

Vers 1956, la forme discernable disparaît de ses œuvres au profit d’une peinture sans limite, mouvante, toujours plus fluide, presque évanescente. L’artiste s’imprègne longuement du paysage pour n’en garder que l’essence. Il en condense les sensations, les instants, les traces, dans une palette dont l’extrême réduction chromatique sert les infinies nuances d’une couleur vibratoire, qui passe de la douceur à l’embrasement à la manière des œuvres de Turner, Monet ou Whistler.

Ce que ce peintre-voyageur, qui fait du monde son atelier et affectionne tout particulièrement les îles grecques, le Maroc ou l’Inde, retient de son contact continu avec la nature, ce n’est pas tant l’anecdote ou la notation précise, mais bien plutôt les noces exquises de la couleur, de l’air et de la lumière qui nous invitent à la fête.

Parution du Cahier de l’Abbaye Sainte-Croix n° 137 à l’occasion de l’exposition.


 

Cette exposition, consacrée aux estampes de l’artiste - gravures sur bois, eaux-fortes, lithographies - auxquelles l’artiste se consacra tout au long de sa carrière en parallèle à son œuvre picturale, présente un ensemble d’œuvres issues du cabinet des estampes du Zeppelin Museum de Friedrichshafen, situé près du Lac de Constance, qui conserve l’une des plus importantes collections consacrées à l’artiste. Elle revient sur les thèmes de prédilection d’Otto Dix - le nu, le portrait, la ville, la religion et la guerre - symptomatiques de sa volonté de saisir l’homme dans son entier, de la naissance jusqu’à la mort, comme un être de chair, de palpitations et de sang.

Exposition organisée en partenariat avec le Zeppelin Museum de Friedrichshafen

Parution du Cahier de l’Abbaye Sainte-Croix n° 134 à l’occasion de l’exposition.

 



Agenda

Jeudi 15 novembre 2018 à 18h30

Conférence des Amis du MASC Les autoportraits peints et gravés d'Otto Dix Par...

Voir l'agenda

Contact

Musée de l'Abbaye Sainte-Croix
Rue de Verdun
85100 Les Sables d'Olonne
Tél : 02 51 32 01 16
musee@lessablesdolonne.fr

facebook2017 instragram2017