Juliette Roche. L'insolite

Juliette Roche. L'insolite
Autoportraits

Autoportraits

Juliette Roche


A son retour en France en 1919, Juliette Roche poursuit la galerie d'autoportraits qu'elle avait entamée avant-guerre. Dans celui, où elle se représente en "garçonne", portant cravate, sur un balcon de la maison familiale de Serrières située au bord du Rhône, elle fait dialoguer ses racines rurales et une féminité assumée. L'injonction à l'émancipation des Années folles l'incite à réévaluer sa condition de femme comme son statut d'artiste.

Arts décoratifs

Arts décoratifs

Juliette Roche


Peu documentée, la production de panneaux de faïence par Juliette Roche semble postérieure à la Seconde Guerre mondiale. Pour autant, l'artiste continue à y convoquer le souvenir de son grand oeuvre new-yorkais, American picnic, dont elle intensifie la profusion ornementale.

Masques

Masques

Juliette Roche


Dans la production de Juliette Roche antérieure à la Grande Guerre, le thème du masque prend une singulière importance. Il fait son apparition dans l'intérieure d'une officine louant des déguisements. S'adressant à la commerçante, deux femmes à l'allure hommasse et portant des vêtements masculins se préparent, en prévision de quelque fête costumée, à endosser une nouvelle et provisoire identité.

Jardins

Jardins

Juliette Roche


Comparé à ceux de ses prédécesseurs immédiats, impressionnistes ou Nabis, les jardins peints par Juliette Roche en 1911-1912 se signalent par leur étrangeté. Sous les épaisses frondaisons des Champs-Elysées, au-dessus desquelles le regard ne s'élève que rarement, Roche installe un univers presque exclusivement féminin, mêlant figures désoeuvrées et modestes représentantes du monde du travail. Tandis que d'élégantes jeunes mères surveillent du coin de l'oeil des enfants faisant des pâtés de sable à même les allées, de vieilles dames cancanent, escortées de leurs animaux de compagnie.

New-York

New-York

Juliette Roche


Pour Juliette Roche qui s'installe à New-York avec son mari à l'automne 1915, l'expérience de la modernité américaine se révèle propice à un engagement social et politique plus affirmé. Pacifiste convaincue, Roche peint son Hachoir au moment de l'entrée imminente des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale. Les lettres du mot "WAR" et le petit collage mêlant ticket de rationnement autrichien et minuscules coupures de presse française et américaine faisant allusion à la guerre viennent confirmer la signification de cette allégorie ménagère dénonçant l'hécatombe en cours en Europe.

Nature morte

Natures mortes

Juliette Roche


A partir des années 1920, le genre de la nature morte est celui que Juliette Roche fréquente avec le plus de constance. La fleur y tient une place considérable, dé préférence en bouquet, à laquelle font concurrence quelques fruits. Anodin en apparence, ce thème se prête sous le pinceau de l'artiste à des traitements divers, quand il ne recèle pas de discrètes allusions autobiographiques.